Une araignée au plafond
 

 
Une araignée au plafond 

alias "Madame Bovary, c'est moi"
(mais rien à voir avec Flaubert! rien à voir avec la série télé "Felicity"!
et pas une seule photo de salope nue ici, bande de pervers!)

And French she spak full fair and fetisly
After the scole of Stratford-atte-Bowe
For French of Paris was to hir unknowe.
---Geoffrey Chaucer, The Canterbury Tales

    




HOME

ARCHIVES

Des journaux que je lis:
Déneevrance
babardages…
Une étoile parmi tant d'autres
Je vais me coucher
Alors là! Une française qui blogue en anglais: Nef
Et en tous les deux: Jean-Michel
Mon autre journal: en anglais!
I do occasionally read journals in English, e.g.,
djc360!
and Sam ***************************************** Mes Forums Favoris --

c'est gentil.
Chez La Regle du Je, c'est pas gentil, mais amusant!
*****************************************

powered by SignMyGuestbook.com


Liste de blogs

*****************************************

 

mercredi, mars 31, 2004

 
Quel genre d'animal est assez petit pour entrer dans le garage par les trous de souris, mais assez grand pour emporter les cadavres des souris tuées par mes souricières? Il a emporté aussi une de mes souricières, sur sa patte ou sur son nez, je ne veux même pas me le figurer.

J'écoute la radio à ce moment, c'est une station nouvelle, Air America Radio. Elle fait son début aujourd'hui. C'est une station de gauche, une chose très rare dans ce pays, où la grand plupart des émissions de radio sont de la droite, comme Rush Limbaugh.



samedi, mars 27, 2004

 
Le gazon est vert. C'est le printemps. Bientôt viennent les tiques.



* * * * * * *

Tuer une coccinelle, ça ne se fait pas.

Donc j'ai attrapé et jeté par la fenêtre une bonne dizaine, ou plutôt une quinzaine, une vingtaine de coccinelles aujourd'hui, avant de nettoyer la maison.

Et maintenant j'entends le grattement d'une coccinelle qui vole autour de la lumière au plafond de la cuisine, se frôlant contre la glace et se frappant contre la chaîne-commutateuse. (Néologisme, je m'en fiche.)

J'étais une tueuse en série de coccinelles quand j'étais une petite fille. Je les détestais avec une haine implacable parce qu'elles sont si belles et je me croyais si horriblement laide.

Et maintenant quand je suis en train de balayer et, parmi la poussière et les poils de chien au sol, j'aperçois une coccinelle encore en vie, j'y fouille avec mes propres mains pour la sauver et la donner sa liberté par la fenêtre.

Elle est allée où, la petite tueuse en série?

C'est toujours moi, n'est-ce pas?



lundi, mars 22, 2004

 
Je sais que c'est un raton laveur qui vient chaque nuit manger la nourriture de ma chatte Laura dans le porche, bien que je ne l'aie pas vu. J'ai vu le bol vidé le matin, j'ai vu dans l'autre bol l'eau tachée de miettes, j'ai vu les petites flaques d'eau par ici et par là entre le bol pour la nourriture et le bol pour l'eau.

Maya aussi sait que c'est un non-Laura, bien qu'elle ne l'aie jamais vu non plus, ni les bols, ni les flaques d'eau. À travers la porte, sans rien voir, elle le sait. C'est son nez, je suppose, qui dit, "Eh, ça ne sent pas de la Laura!" — à travers la porte fermée. Et elle se met à aboyer comme une folle.

Peut-être un chat sait-il distinguer entre un autre chat et un raton laveur à travers une porte fermée, mais le chat ne se donne pas la peine de vous le dire.



dimanche, mars 14, 2004

 
Si je ne ressens plus le besoin du recul que me donne une langue étrangère, je dois m'en réjouir: ça implique du progrès. Si je ne me sens plus fausse quand j'entends ma voix qui parle ma langue maternelle, je dois m'en réjouir: c'est être la bienvenue chez moi. Si je suis bien dans ma peau, je dois trouver des mots plus originels pour le dire.

MON ANGLAIS EST CORRECT, JE PEUX EN TRAVAILLER LE STYLE, TANDIS QUE MON FRANCAIS N'EST PAS MEME CORRECT. Je dois donner autant d'effort à écrire bien en anglais que j'ai donné à écrire de façon adéquate en français.

**********

Trouvé dans mes stats, des recherches sur:
"argument araignée"
"claustrophobie chez les insectes"

Ce dernier: comment savoir?



mercredi, mars 10, 2004

 
Comme tous les matins, on arrive à la gare de la rue Randolph, la fin du trajet de mon train. À peine réveillée, je fais l'inventaire de mes trucs — j'ai mon sac à main? mon sac à dos? mes gants? j'ai mis mon livre dans le sac à dos? — et le cerveau encore enbrumé par le sommeil, je me mets en marche avec les autres bestiaux. Loin au-dessous de mes yeux baissés je vois marcher deux jambes moches et maladroites, qui me semblent étranges, et dans un petit moment de panique, passagère mais vraie, je me dis: «Ah zut, j’étais si préoccupée par mon sac à dos et mes gants que je me suis trompée sur le corps, je n’ai pas emporté le bon corps, celui appartient à quelqu’un d’autre!»

C’est le manque de sommeil qui me fait avoir ainsi tout en marchant des pensées aussi bizarres que si je rêvais dans mon lit.



lundi, mars 08, 2004

 
La tête me tourne un peu à cause de mes nouvelles lentilles de contact. Elles me donnent l'impression que je n'ai qu'un mètre de taille, moi, et que l'écran de mon ordinateur a un mètre de largeur. Lire un livre m'est presque impossible.

Ça ira mieux demain, j'espère. Ou le lendemain.

Il m'a fallu arrêter de porter des lentilles il y a plus que quinze ans, quand l'ophtalmologiste s'est aperçu que des petits vaisseaux sanguins étaient en train de pousser vers mes cornées — manque d'oxygène sous les lentilles. Ma nouvelle ophtalmologiste m'a dit que ces jours-ci on fait des meilleures lentilles. J'espère que celles-ci marcheront. J'en ai marre des lunettes.



mardi, mars 02, 2004

 




Non, je ne vais pas ajouter des explications. Si j'expliquais, il ne s'agirait plus de L'ART.



00024258

This page is powered by Blogger.
La Chaine Litteraire
[ Join Now | Ring Hub | Random | << Prev | Next >> ]